Biographie de: BEAUDOIN, André

Naissance : 9 octobre 1958 à Cowansville
Intronisation : 2016
Discipline : Athlétisme en fauteuil roulant
Catégorie : Athlète   


André Beaudoin, athlète en para-athlétisme dans la catégorie T52 (tétraplégique), a eu une carrière époustouflante qui s’étend sur plus de 20 ans. On peut dire qu’il est le « André Viger » ou le « Chantal Petitclerc » des athlètes tétraplégiques, autant par la qualité de ses résultats que l’étendue de sa carrière.

Il jouait au rugby en fauteuil roulant depuis quelques années et était membre de l’équipe canadienne. Fait anecdotique, il a aussi pris part à quelques matchs en arborant les couleurs de l’équipe américaine. C’est en voyant André Viger réaliser ses exploits et en accompagnant Rick Hansen dans sa tournée « Man in Motion » au Québec qu’il commence alors à s’intéresser à l’athlétisme.

Il débute donc sa carrière en 1987 à l’âge de 28 ans et participe dès l’année suivante à ses premiers Jeux paralympiques à Séoul, y remportant 4 médailles : l’or aux 200 mètres, l’argent aux 100 et 400 mètres et le bronze aux 800 mètres. C’est le début d’une grande carrière.

André Beaudoin a participé à 6 Jeux paralympiques consécutifs (Séoul 1988, Barcelone 1992, Atlanta 1996, Sydney 2000, Athènes 2004 et Beijing 2008 à l’âge de 49 ans) remportant au moins une médaille à chacune des occasions pour un grand total de 14 médailles paralympiques (2 d’or, 6 d’argent et 6 de bronze). André avait les qualités qui caractérisent les grands athlètes, notamment la capacité d’accomplir de grandes performances dans les moments les plus importants.

En plus de réaliser plusieurs records du monde qui ont tenu pendant plusieurs années, il remporte aussi de nombreuses médailles en championnats du monde et ses exploits sont remarqués en dehors du monde paralympique alors qu’il reçoit le titre de « Personnalité de la semaine » du journal La Presse en août 1994 et en mai 1998.

André Beaudoin développe son endurance dans le cadre de sa préparation générale et participe parfois à des marathons entre les saisons de compétitions sur piste. Alors qu’il est avant tout un sprinteur, il réalise pourtant la meilleure performance mondiale lors du marathon de Boston de 1999, parcourant les 42.195 km en moins de deux heures (1h52:36) démontrant toute l’étendue de son immense talent.

Si la carrière d’André a été aussi longue est fructueuse, c’est parce qu’il était un athlète de talent qui aimait s’entraîner et surtout parce qu’il était dédié à son sport et qu’il prêtait attention à tous les détails qui font la différence : minutieux et toujours à la recherche du geste technique qui lui ferait gagner un dixième de seconde, assidu et rigoureux à l’entraînement, persévérant dans les moments plus difficiles lorsque les blessures se mêlaient de la partie. Personnalité sympathique, André a été un modèle pour les athlètes tétraplégiques et aura marqué son époque.

Marc Desjardins
Directeur général
Fédération québécoise d'athlétisme




 


  •