Biographie de: LECAVALIER, René

Naissance : 5 juillet 1919 à Montréal, Québec
Décès : 6 septembre 1999
Intronisation : 1993
Discipline : Journalisme
Catégorie : Bâtisseur


« Bonsoir mesdames et messieurs, ici René Lecavalier... » Il suffit parfois de quelques mots pour réanimer de merveilleux souvenirs, rappeler une époque ou une personnalité marquante.

Ces mots d'introduction de René Lecavalier pour saluer le vaste auditoire qui captait le signal, d'abord de la radio, et ensuite de la télévision de Radio-Canada lors de la retransmission des rencontres des Canadiens de Montréal, restent inoubliables.

Se les rappeler, c'est évoquer l'une des plus brillantes carrières de commentateur et de journaliste sportif. Montréalais d'origine, René Lecavalier est pendant 33 de ses 45 ans de carrière, un chef de file et un modèle dans son milieu.

Son amour et son grand respect de la langue française, sa rigueur au travail et son sens inébranlable de la mesure ont fait de René Lecavalier non seulement un commentateur unique mais aussi un innovateur dans son domaine. Il a créé un vocabulaire tant au hockey que dans d'autres sports, qui a certes aidé et inspiré plus tard bon nombre de journalistes.

Avant de s'engager dans le sport, René Lecavalier anime diverses émissions culturelles à la radio de Radio-Canada de 1941 à 1952. De commentateur de matchs de hockey à la radio, il devient la voix du hockey au petit écran avec l'arrivée de la télévision en 1952. Cette aventure avec la description des matchs de hockey et le public durera 31 années.

Bien que le hockey ait occupé une grande partie de sa longue carrière, René Lecavalier est affecté à bien d'autres moments de l'actualité sportive. En 1955, il anime les émissions « Le magazine des sports », à la radio et « Le monde des sports », à la télévision. De 1960 à 1984, Lecavalier, un bourreau de travail toujours parfaitement documenté, participe à la retransmission de tous les Jeux olympiques à l'exception de ceux de Munich (1972) et de Moscou (1980). Durant ces années, il assure également la couverture de plusieurs éditions des Jeux du Commonwealth et des Jeux panaméricains.

L'un des faits saillants de sa brillante carrière est certes la description des rencontres de l'inoubliable Série du siècle opposant l’équipe d’étoiles du Canada à la formation soviétique. Il est également remarquable dans le rôle d'animateur en chef lors des Jeux olympiques de Montréal en 1976.

Tout au long de sa carrière, son apport au journalisme est souligné de multiples façons. En 1959, il reçoit le Prix de Journalisme de la Société Saint-Jean Baptiste pour la francisation et l'ennoblissement du langage sportif. Cette même année, ainsi qu'en 1960, il mérite le trophée Laflèche à titre de commentateur sportif par excellence. En 1966, il se voit décerner le trophée Foster-Hewitt suite à son élection au titre de meilleur commentateur sportif au Canada.

Décoré du Mérite Franco-ontarien en 1967, il reçoit l'Ordre du Canada en 1970 et, trois ans plus tard, l'Ordre de la fidélité française. En 1979, les universités du Québec à Montréal et de Montréal lui décernent des doctorats honorifiques et l'Ordre des Francophones d'Amérique le décore de sa médaille.




 


  •