Biographie de: GAGNÉ, Maurice

Naissance : 2 décembre 1936 à Amqui, Québec
Intronisation : 2007
Discipline : Patinage de vitesse
Catégories : Athlète & Bâtisseur


« Il n'est pas donné à tous de savoir que la même année, en 1958, j'ai à la fois remporté le championnat canadien de cyclisme sur route en un temps record, ainsi que le championnat canadien ouvert de patinage de vitesse », souligne Maurice Gagné, comblé d'être intronisé au Temple de la renommée du Panthéon des sports du Québec en tant qu'athlète et bâtisseur.

« J'éprouve une joie immense à l'idée que le Panthéon des sports ait pensé m'honorer aussi comme athlète. Il y avait si longtemps que je rêvais d'un tel honneur », dit-il.

On se souvient plus particulièrement de Maurice Gagné comme étant « le père du patinage de vitesse », un homme qui, pendant plus de 30 ans, s'est bâti une solide et enviable réputation comme entraîneur et bâtisseur d'une discipline qui multiplie les honneurs sur la scène internationale.

En 2006, au Championnat des maîtres à Calgary, Gagné se classa quatrième dans son groupe d'âge sur un total de 10 concurrents de 70 ans venus de Russie, Hollande, Norvège, États-Unis et Canada.

De 1953 et 1962, il a aussi été nommé deux fois cycliste de l'année. Il a aussi fait deux fois troisième et quatrième de la course Québec-Montréal. Il a participé en deux occasions aux Jeux du Commonwealth ; à Cardiff en 1958 il s’est classé en 19e position de la course sur route, alors qu’à Perth en 1962 il obtenait la 7e place dans la même épreuve. Il a aussi représenté le pays en Écosse, en Belgique, au Tour du Saint-Laurent et au championnat du monde à Reims, en plus de gagner deux fois la course Québec-La Malbaie. Il fut immortalisé en 1991 au temple de la renommée du cyclisme québécois comme athlète.

À titre de patineur de vitesse, de 1958 à 1971, il remporta tous les championnats provinciaux et trois titres canadiens, tout en établissant un record national longue piste et cinq marques canadiennes courte piste lors du championnat canadien de 1970 à Winnipeg.

Il a aussi excellé dans une troisième discipline, en survolant 12 barils au Colisée de Québec et en participant aux championnats du monde à Grossinger dans l’État de New York.

Il fut en 1971 le premier conseiller de la Fédération de patinage de vitesse du Québec, créant 30 clubs à travers la province. Premier entraîneur de Gaétan Boucher, il a aussi contribué à la construction de l'anneau de vitesse qui porte le nom du quadruple médaillé olympique.

Élu au Temple de la renommée de patinage de vitesse Canada en 1980 et au Temple de la renommée de la Fédération de patinage de vitesse du Québec en 1996, il fut intronisé en 1991 au Temple de la renommée de la Fédération cycliste du Québec comme athlète, alors qu’en 2006 il fut admis au Temple de la renommée olympique du Canada à titre de bâtisseur.

En 2004, l'Hommage Jacques-Beauchamp lui fut rendu pour l'ensemble de son œuvre et son exceptionnelle contribution au développement du sport pour lequel il consacre encore sa vie. Amqui, sa ville natale, nomma en 2005 en son honneur et celui de son frère Pierre, le « Parc Pierre et Maurice Gagné ». En 2012, Maurice Gagné recevait la médaille d’argent du Lieutenant-gouverneur du Québec.

Au 48e Congrès de l'Union internationale de patinage en 2000, le président Octavio Cinquanta souligna que l'équipe canadienne a toujours été majoritairement composée de Québécois. « Leur recette, disait-il, est faite de patineurs de grand talent, d'organisateurs dynamiques, de patinoires sur tout le territoire et d'un sens de l'innovation en matière d'équipement. »

C'était là un magistral coup de chapeau à Maurice Gagné!
 
- Marcel Gaudette




 


  •