Biographie de: KEON, Dave

Naissance : 22 mars 1940 à Noranda
Intronisation : 2016
Discipline : Hockey
Catégorie : Athlète


David Michael Keon, un ancien p’tit gars de Noranda, fait partie de ces athlètes dont les statistiques n’arrivent pas à lui rendre totalement justice ou à décrire toute sa grandeur.

À ses belles années à Toronto, il a connu trois saisons de 30 buts et huit autres campagnes de 20 buts et plus, mais ce n’est pas pour ça qu’il était parmi les meilleurs joueurs de la Ligue nationale.

Keon était d’abord et avant tout un merveilleux patineur, un joueur capable de se distinguer dans toutes les phases du jeu. Celui à qui on faisait appel pour contrer les efforts du meilleur joueur de l’équipe adverse. Un gars si utile que c’est lui qu’on a choisi pour succéder au grand George Armstrong comme capitaine des Maple Leafs, à la fin des années 1960.

« Dave avait de si bonnes jambes qu’il aurait pu patiner du matin au soir, me confiait Frank Mahovlich lors d’un récent tournoi de golf à Grand-Mère. Il excellait dans les deux sens de la patinoire et c’est lui qui avait pour mission de surveiller les Jean Béliveau, Stan Mikita, Alex Delvecchio, Norm Ullman, Phil Esposito, Jean Ratelle et Bobby Clarke. Dave ne parlait pas beaucoup. Il était plutôt timide, mais il était un leader à sa façon. Il a joué un rôle majeur dans nos quatre conquêtes de la coupe Stanley entre 1962 et 1967 ».

De la part d’un aussi grand athlète que Frank Mahovlich, c’est le compliment suprême. Je me souviens aussi de longues conversations avec Henri Richard, Jean Béliveau et Jean-Claude Tremblay. Ils n’avaient que des éloges pour l’ancien petit joueur de centre.

Keon a grandi sur les patinoiires de l’Abitibi bien avant la fusion des villes de Rouyn et de Noranda. Il a d’abord été repéré par les Red Wings de Détroit, mais ses parents ne voulaient pas qu’il s’exile aussi loin. Il a finalement signé un contrat avec les Maple Leafs et il a fait ses classes au Collège St.Michael’s de Toronto. Ses premiers professeurs ont été Bob Goldham, ex-défenseur des Red Wings, et le Père David Bauer, ancien patron de l’équipe canadienne olympique. Rapide et intelligent, il a vite appris à se distinguer tant à l’attaque qu’en défense pour devenir un « joueur complet ».

Il venait de fêter ses 20 ans quand il a gradué avec les Maple Leafs de Punch Imlach et il n’a pas tardé à devenir un favori de la foule. Il faisait tout bien sur la patinoire et sa vitesse d’exécution lui permettait d’éviter les dures mises en échec de ses rivaux.

Keon a connu son heure de gloire au printemps 1967. Il était alors à son apogée et il a si bien joué qu’il a permis aux Leafs de battre le Canadien en finale de la coupe Stanley, ce qui lui a valu le trophée Conn Smythe.

C’était l’année de l’Exposition internationale de Montréal. Les joueurs du Canadien voulaient offrir une autre coupe au maire Drapeau et à leurs fidèles partisans, mais Keon et ses compagnons de jeu en ont décidé autrement. Cette défaite, ils l’ont encore de travers dans la gorge.

Ce que Keon et ses coéquipiers ne savaient pas, c’est que les Maple Leafs ne reverraient plus la coupe durant les 50 prochaines années !

En 1975, Keon a dû mettre fin à son association avec les Leafs à la suite d’une dispute salariale avec l’exécrable Harold Ballard. Il a fait le saut dans l’Association mondiale et il a terminé sa carrière avec des équipes comme les Fighting Saints du Minnesota, les Racers d’Indianapolis et les Whalers de Hartford. Il n’a jamais pardonné à Ballard et il a fallu attendre presque 40 ans avant de le revoir dans le chandail des Leafs au Centre Air Canada. Il a alors eu droit à une ovation de plusieurs minutes.

Le Panthéon des sports du Québec est fier d’accueillir dans ses rangs un hockeyeur qui a fait honneur à sa profession, tant par son talent que par sa gentilhommerie et son esprit sportif.

Dave Keon: un des plus grands joueurs de toute l’histoire de la Ligue nationale.

André Rousseau
Les Coulisses du Sport




 


  •