Biographie de: VILLENEUVE, Jacques

Naissance : 9 avril 1971 à Saint-Jean-sur-Richelieu, Québec
Intronisation : 2012
Discipline : Course automobile
Catégorie : Athlète


À 41 ans, le racé pilote Jacques Villeneuve ne laisse personne indifférent. Dans le feu de l’action, il génère encore et toujours des frissons. Les foules sont en haleine du début à la fin en le voyant louvoyer et filer à toute vitesse au volant de son bolide, cherchant la moindre faille, la plus petite brèche et, surtout, le très convoité drapeau à damiers.

Jacques Villeneuve a conservé au fil des ans tout son sang froid, toute sa fougue et son désir de vaincre. Il a surtout gardé le goût du podium et celui du délectable champagne de la victoire qui l’a toujours si bien caractérisé et qui en ont fait, très jeune, un bien grand champion… à l’image de son illustre père, Gilles Villeneuve, de regrettée mémoire, avec lequel il a dorénavant la distinction d’avoir sa niche au Panthéon des sports du Québec.

Jacques Villeneuve a souventefois eu la « bonne formule ». Déjà à 18 ans, il brûlait les étapes en Formule 3 italienne et japonaise, terminant même vice-champion au Pays du Soleil Levant.

En Formule Atlantique, à 22 ans, il remporta cinq victoires et se classa troisième au championnat qui a aussi vu son père et son oncle Jacques s’illustrer.

Recrue de l’année en série CART 1994, ayant notamment signé une première victoire à Elkhart Lake, c’est toutefois l’année 1995 qui lui servit de tremplin vers la gloire. Non seulement, il remporta quatre victoires et signa le championnat, mais il gagna aussi l’épreuve maîtresse, celle des 500 milles d’Indianapolis. Et il l’a fait avec un doigté remarquable, nonobstant un très haut degré de difficulté. Il fut en effet pénalisé de deux tours en début de course, suite à un dépassement du pace-car. Sa remontée fut des plus spectaculaires et demeure l’un des faits saillants de sa carrière et un impérissable souvenir.

Mais le summum fut sans contredit l’ivresse de la victoire ultime qu’il savoura en Championnat du monde de Formule 1, en 1997, après une folle équipée avec le rusé et multi champion allemand Michael Schumacher. Celui-ci a tenté une audacieuse sortie de piste à son égard au Grand Prix, à Jerez. Mal lui en prit, car c’est Villeneuve qui a eu l’astucieux coup de volant et qui a tenu la dragée haute vers le drapeau à damiers. Pour sa manœuvre douteuse et répréhensible, Schumacher fut sanctionné et Villeneuve s’assura du titre mondial.

Un an plus tôt, son coéquipier Damon Hill, sur Williams, l’avait devancé au championnat.

En carrière, Jacques Villeneuve a participé à 164 courses de Formule 1, entre 1996 et 2006, décrochant 13 pôles-positions, 23 podiums et 11 victoires.

Allant de défi en défi, Jacques Villeneuve participa aux 24 heures du Mans 2007 au volant du prototype Peugeot 908. Il vivait de l’espoir de boucler la boucle. Champion mondial de F1 et vainqueur à Indianapolis, il n’a pu compléter l’enviable triple couronne que lui aurait procurée un triomphe au Mans. L’année suivante, il s’y classa deuxième, après avoir préalablement signé la victoire en équipe aux 1 000 kilomètres de Spa.

Sporadiquement en NASCAR, il demeure aussi fébrile et plein d’espoir comme le sont d’ailleurs encore et toujours les très nombreux inconditionnels supporters de celui qui a été honoré en 1995 et 1997 du trophée Lou Marsh, remis annuellement à l’athlète canadien par excellence au pays.

- Marcel Gaudette




 


  •