Biographie de: ROBITAILLE, Luc

Naissance : 17 février 1966 à Montréal, Québec
Intronisation : 2012
Discipline : Hockey
Catégorie : Athlète


On disait de ce super hockeyeur en devenir qu’il n’avait pas le coup de patins requis pour évoluer avec brio dans la Ligue nationale de hockey. Toutefois, par sa finesse, sa détermination, son désir de vaincre, sa très grande force de caractère et son immense talent offensif, Luc Robitaille en a confondu plus d’un.

Adulé des foules, il est devenu l’un des plus prolifiques marqueurs de la LNH, comme en témoignent ses 726 buts et 795 mentions d’assistance en 19 saisons, dont 14 avec les Kings de Los Angeles… à savoir 1521 points en 1590 matches en saisons régulières et séries éliminatoires.

Pas étonnant alors que l’athlète de 1,86 m (6’1’’) ait été intronisé au Temple de la renommée du hockey, le 23 juin 2009, dès sa première année d’éligibilité… Pas si mal pour un joueur qui fut trié sur le volet par les Kings, à 18 ans, en lointaine neuvième ronde, au 171e rang du repêchage 1984.

Pas étonnant non plus d’applaudir son entrée au Panthéon des sports du Québec ! « Je suis au comble du bonheur de me retrouver aux côtés des Maurice et Henri Richard, Jean Béliveau, Guy Lafleur, Bernard Geoffrion, Marcel Dionne, Michael Bossy et autres qui ont marqué l’histoire sportive du Québec », dit-il dans un élan de joie.

Luc Robitaille a peaufiné son style pendant deux autres années dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec avec les Olympiques de Hull, avant d’accéder à la LNH. « J’ai terminé avec fracas mon stage chez les juniors, en remportant le championnat des pointeurs de la LHJMQ à ma troisième saison, affichant 68 buts, 123 aides et 191 points. » Cette saison-là, il fut proclamé joueur junior canadien par excellence et aida le Canada à s’emparer de la médaille d’argent au Championnat mondial junior gagné par les Soviétiques.

Tel un artiste-peintre devant son chevalet, doté d’une riche palette de couleurs et grandement inspiré, le super ailier gauche a amplement fait mentir plus d’un expert, en tissant admirablement sa toile vers les plus hauts sommets, en méritant d’éloquents lauriers.

Dès ses premiers coups de patins dans la Ligue nationale, il s’imposa à titre de recrue de l’année en remportant le trophée Calder grâce à une production de 45 buts et 39 mentions d’assistance. Pendant ses huit premières saisons, il a enfilé un minimum de 44 buts, connaissant chemin faisant des saisons de 53, 52 et 63 filets. Cette dernière performance éclipsait la marque du meilleur buteur chez les ailiers gauches, record jusque là détenu par Steve Shutt des Canadiens de Montréal. Cette même saison 1992-93, il se fit complice de 62 mentions d’assistance pour une fiche globale de 125 points.

Au fil de sa glorieuse carrière, Luc Robitaille a aussi porté les couleurs des Penguins de Pittsburgh, des Rangers de New York et des Red Wings de Detroit sous Scotty Bowman, avec lesquels il s’est abreuvé du champagne de la coupe Stanley au printemps 2002. Il a aussi participé à huit matches des étoiles de la LNH.

En 1991, Luc Robitaille se fit passer la médaille d’or au cou lors de Coupe Canada. Trois ans plus tard, il a eu la distinction d’inscrire le but victorieux en fusillade face à la Finlande lors du match ultime du Championnat mondial.

Président des opérations des Kings depuis 2007, Luc Robitaille a vécu de très vives sensations, le printemps dernier, en voyant l’équipe signer la toute première conquête de la coupe Stanley de son histoire.

Quelle magnifique carrière !

- Marcel Gaudette




 


  •