Biographie de: BÉLIVEAU, Jean

Naissance : 31 août 1931 à Trois-Rivières, Québec
Décès : 2 décembre 2014
Intronisation : 1992
Discipline : Hockey
Catégorie : Athlète


Jean Béliveau est né à Trois-Rivières, le 31 août 1931. C'est à Victoriaville qu'il fait ses débuts au hockey en 1948. L'année suivante il entre dans la Ligue junior du Québec en joignant d'abord les Citadelles de Québec et ensuite les As de Québec pour deux ans.

Le 3 octobre 1953, il fait le saut dans la Ligue nationale de hockey en signant son premier contrat avec les Canadiens de Montréal. Tout de suite, il impose par son exceptionnel talent de hockeyeur et ses qualités de leader avec le Tricolore qui en fait son capitaine durant 10 ans, soit de 1961 à sa retraite.

D'octobre 1953 à juin 1971, les partisans des Canadiens vibrent au rythme des buts magiques marqués par Jean Béliveau et, avec lui, l'euphorie de dix conquêtes de la coupe Stanley. Il s'y révèle un marqueur opportuniste avec une production de 79 buts et 97 mentions d’aide, pour 176 points en séries éliminatoires, une performance qui demeurera longtemps un sommet de la LNH. Lors des séries de 1965, il devient le premier joueur à remporter le trophée Conn-Smythe à titre de joueur par excellence.

Le nom de Jean Béliveau est également inscrit dans le livre des records des Canadiens notamment comme meilleur marqueur chez les joueurs de centre avec 47 buts marqués en 1955-1956. Il remporte alors le trophée Art Ross comme meilleur marqueur avec 88 points.

À dix reprises, il est choisi sur l'équipe d'étoiles de la LNH, six fois sur la première équipe et quatre fois sur la seconde. De toute l'histoire des Canadiens, Jean Béliveau est le deuxième meilleur marqueur avec 507 buts et 712 passes pour un total de 1219 points. Lors des saisons 1955-1956 et 1963-1964, il remporte le trophée Hart remis au joueur le plus utile à son équipe.

Jean Béliveau prend sa retraite de hockeyeur en 1971 mais demeure un modèle et une source d'inspiration pour les jeunes. Aux rétributions sonnantes offertes à son départ, il préfère la création du Fonds Jean-Béliveau dédié au bien-être des jeunes déshérités. Son influence dans l'organisation des Canadiens est toujours respectée.

Jean Béliveau a été l'objet de nombreux témoignages d'estime et d'honneur notamment son intronisation au Temple de la renommée du hockey en 1972, sa nomination de Grand Montréalais en 1986 et sa nomination à l'Ordre national du Québec en 1988. Trois ans plus tard, il recevait également le Prix d'Excellence de La Presse.
 




 


  •