Biographie de: RICHARD, Maurice

Naissance : 4 août 1921 à Montréal, Québec
Décès : 27 mai 2000 à Montréal, Québec
Intronisation : 1991
Discipline : Hockey
Catégorie : Athlète


Beaucoup ont tenté de percer le secret du « Rocket » après que Maurice Richard ait pris sa retraite en 1960, au terme d'une carrière qui avait fait de lui le plus prestigieux héros de l'histoire des Canadiens.

On a parlé de son ardeur, de sa concentration, de son leadership. On a employé des mots comme colère, rage. Mais le mot de la fin revient à Frank Selke père, qui était directeur général des Canadiens à l'époque où Richard éblouissait les foules : « Richard faisait tout par instinct et en force. Il n'y a jamais eu de joueur plus opportuniste. »

« Quand je repense à Richard, raconte le grand gardien de but Glenn Hall, je revois surtout ses yeux. Lorsqu'il fonçait sur vous, la rondelle collée au bout du bâton, ses yeux flamboyaient et étincelaient comme les lumières d'une machine à boules. C'était affolant. »

Le légendaire ailier droit a semé la terreur chez les gardiens de buts pendant 18 saisons. Près de sept décennies après son entrée dans la LNH, bon nombre de records de la Ligue lui appartiennent encore.

Avec 544 buts, il reste le meilleur marqueur des Canadiens. Il détient toujours les records des séries éliminatoires pour le nombre de buts gagnants (18), le nombre de buts en période supplémentaires (6) et le nombre de parties d'au moins trois buts (7).

On le voit, les parties cruciales, surtout celles des éliminatoires, ravivaient en Richard l'instinct du marqueur. Que son record de 82 buts en séries ait tenu le coup pendant plus de 25 ans après sa retraite, c'est tout dire. L'équipe avait besoin d'un but? Le Rocket était là pour ça.

Mais par-delà le nombre de buts (il a été le premier joueur de la Ligue nationale à en enregistrer 50 en 50 parties) la façon de les marquer a tissé la légende de Maurice Richard.

Il était si fort qu'il logeait encore la rondelle au fond des filets avec deux défenseurs sur le dos. Le plus souvent, d'ailleurs, il avait droit à la double couverture, il y voyait un hommage qui le poussait à batailler encore plus. Qu'on se rappelle seulement ce soir du 23 mars 1944 où les Canadiens affrontaient en séries éliminatoires les Maple Leafs de Toronto. L'équipe montréalaise avait gagné 5 à 1. Richard avait marqué tous les buts!

En dix-huit saisons à Montréal, Richard a participé à la conquête de huit coupes Stanley, dont cinq d'affilée (de 1956 à 1960), un autre record de la LNH. Il a fait partie de la première équipe d'étoiles à huit reprises et de la deuxième à six occasions. Aucun autre joueur des Canadiens n'a réussi à en faire autant.

Marqueur par excellence, Maurice Richard n'a jamais remporté le championnat des marqueurs, mais a été nommé le joueur le plus utile à son équipe (trophée Hart) en 1947. En 1961, il a été élu au Temple de la renommée du hockey.




 


  •